Chaque année en France, 200 patients* atteints d’un cancer meurent, non pas à cause de leur maladie, mais à cause d’un médicament anticancéreux, le 5-Fluorouracile (5-FU), qui s’est avéré toxique pour eux car ils présentaient un déficit enzymatique, le déficit en DPD (Dihydropyrimidine déshydrogénase)**.

Un test à partir d’une simple prise de sang pré-thérapeutique pourrait éviter ces drames ; malheureusement c’est la roulette russe, car tous les oncologues ne le font pas.

Pour que les choses changent, des parents de victimes françaises et québécoises se sont regroupés au sein de l’ASSOCIATION FRANCOPHONE DE DÉFENSE DES VICTIMES DU 5-FU ET ANALOGUES PRÉSENTANT UN DÉFICIT EN DPD.


* Il est impossible de connaitre le chiffre exact à cause du secret médical et des médecins qui ne déclarent pas les causes réels des décès ou “oublient” de faire les signalements aux centres de pharmacovigilance.

** JFHOD mars 2016